ProNews

Casablanca : La feuille de route du CRVE pour redresser le commerce

15 septembre 2020 La Vie éco

Le comité régional de la ville économique de la région de casablanca-settat essaie de faire face à la baisse des chiffres d'affaire des entreprises.

L’impact de la crise sanitaire sur le secteur du commerce à Casablanca est sans appel. A la région de Casablanca-Settat, 50% des entreprises du secteur ont enregistré une baisse du chiffre d’affaires de plus de 70% durant le confinement. Pour le reste, la baisse est moins alarmante mais tout aussi importante. C’est l’une des innombrables statistiques publiées cette semaine par le Comité régional de veille économique (CRVE) de la région de Casablanca-Settat. Par l’occasion, le CRVE a publié une liste de recommandations qui touche les volets de la fiscalité, le financement et l’accompagnement administratif. Tour d’horizon…

Fiscalité

Au niveau régional, le CRVE préconise «l’exonération du paiement des taxes sur les baux des locaux commerciaux communaux pendant toute la période du confinement». Cette exonération peut être accompagnée d’une «reprogrammation des paiements des arriérés de l’année 2020 sans intérêts». Quant au niveau national, une batterie de recommandations ont été soumises par le Comité et visent à réviser les mesures fiscales et de collecte des taxes locales. Cela commence par l’exonération des impôts (taxe professionnelle, IR et taxes locales) pour les commerçants de proximité pendant toute la période du confinement. Vient ensuite une série de mesures comme la restructuration des taxes locales, l’application d’impôts d’une manière forfaitaire selon les jours travaillés et la réduction du taux de la TVA à 10%. «Cela devra stimuler la consommation», estime le CRVE. Pour répondre aux doléances présentées par les associations qui représentent les plus grands marchés de la ville, le CRVE recommande la prolongation des délais relatifs à la déclaration et au dépôt des liquidités financières auprès des banques. Il propose aussi la suspension de la perception des impôts et taxes locales et leur rééchelonnement sans intérêts.

Financement

Le Comité régional propose de créer une ligne de financement pour la gestion de la trésorerie au profit des opérateurs du commerce de gros. Ceux-ci sont représentés par l’Union des commerçants et importateurs de Garage Allal, l’Union des commerçants et professionnels de Derb Omar et l’Association Wifak Al Kouria des commerçants d’artisanat et de services. Les mêmes associations ont demandé l’accompagnement des commerçants pour bénéficier des programmes étatiques comme Relance TPE, Damane Relance et Damane Oxygène. Au niveau national, elles demandent l’intervention de l’Etat pour solutionner le manque des liquidités et invitent les banques participatives à s’engager dans des programmes de soutien au secteur. Cette proposition tient en compte les spécificités sociales et culturelles des populations qu’elles – les associations – représentent.

Accompagnement et facilitation administrative

Le CRVE propose de soutenir les commerçants en termes de droits de bail commercial, des factures des raccordements aux services de l’eau, l’électricité et internet. Pendant la période du confinement, des quantités de marchandises sont restées bloquées au port, et leurs droits de stockage se sont multipliés. Le Comité recommande de les débloquer, au même titre que l’unification des mesures prises par les présidents des conseils communaux concernant l’exploitation des souks hebdomadaires pour la période de l’état d’urgence sanitaire. Au niveau national, il est recommandé de reporter l’application du dépôt de caution bancaire auprès des banques, prévu par la Loi des finances 2020 pour 2021. La même recommandation comprend l’exonération totale du paiement de la taxe y afférente. Enfin, le CRVE propose d’annuler les frais relatifs à l’occupation du domaine public pendant la période du confinement.

Retrouvez cet article sur La Vie éco